Pour s'abonner à la newsletter Cliquez-ici !

Non à la fermeture des 5 centres AFPA en Région !

9 Nov 2018

Lors de la session plénière du 18 octobre 2018, nous avons appris que 5 centres de formation de l’Agence nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA) sont menacés de fermeture à Issoudun, Châteauroux, Blois, Montargis et Veigné. Par la voix de son Président François Bonneau et de sa Vice-Présidente déléguée à la Formation professionnelle Isabelle Gaudron, la Région Centre-Val de Loire a immédiatement réagi à travers un communiqué de presse dénonçant cette annonce.

En effet, prise sans aucune concertation avec la Région ou les collectivités concernées, cette décision reflète un véritable mépris vis-à-vis des demandeurs d’emploi et des entreprises de notre territoire. La fermeture de ces centres conduirait à une diminution totale dès 2019 de près de 500 places proposées aux demandeurs d’emploi désireux de se former sur les 1600 places proposées par la Région en 2018.

Pour le maintien de ces centres AFPA menacés, le Prédisent François Bonneau a adressé, lundi 22 octobre, un courrier à la Ministre Muriel Pénicaud et demandé en urgence un rendez-vous !

Les élu-e-s du Groupe SRD Région Centre-Val de Loire soutiennent pleinement l’initiative du Président de Région. La formation est pour nous le meilleur moyen vers le retour à l’emploi !

[MàJ – 09/11/18] – Dès l’annonce des fermetures des centres AFPA, la Région Centre-Val de Loire et les maires des 5 villes concernées ont conjugué leurs efforts et se mobilisent ensemble pour la sauvegarde et le devenir de l’AFPA en Centre-Val de Loire et le maintien d’une offre de formation diversifiée, de qualité et de proximité.

La très vive réaction du Président de Région et des élus pour la défense de l’APFA, a conduit à regrouper autour de François Bonneau et de la Vice-Présidente Isabelle Gaudron le 8 novembre 2018 à Orléans, les responsables nationaux et régionaux de l’AFPA ainsi que les élus des villes menacées par les fermetures annoncées.

Alors que la Région et Pôle Emploi vont accroitre de 7 000 le nombre de places en formation en 2019 en Centre-Val de Loire, dans le cadre du programme national Plan Investissement dans les Compétences, il serait inconcevable que les organismes de formations ne puissent être en mesure de répondre aux besoins de compétences identifiés.

Il a été décidé d’intensifier les échanges dès les toutes prochaines semaines à partir des besoins des demandeurs d’emplois et des entreprises sur les différents territoires pour dégager des pistes évitant ces fermetures massives et définitives. La Région Centre-Val de Loire et les collectivités concernées poursuivent leur mobilisation et leur volonté d’un partenariat constructif avec l’AFPA. Un point d’étape sur les différents scenarii sera partagé ensemble début janvier 2019.

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des Communiqués de presse, la lettre envoyée à la Ministre du Travail, ainsi que le témoignage de Fanny Pidoux, Conseillère régionale et salariée de l’AFPA.

thumbnail of Declaration Fermetures AFPA_Centre-VDL_2018_10_18

thumbnail of CP – situation AFPA en Région Centre-Val de Loire – 07112018

thumbnail of 018-135 PENICAUD

thumbnail of CP_AFPA_Communiqué région suite RDV resp. AFPA et élus_2018_11_08

Je travaille à l’AFPA depuis 10 ans, 1er organisme de formation professionnelle de France, 1er organisme de la Région. 10 ans que je rencontre des femmes et des hommes qui ont la conviction profonde d’être utile auprès des plus défavorisés, auprès de ceux qui veulent refaire leur vie. Il ne faut pas longtemps pour comprendre la passion qui anime mes collègues, lorsque je parle de la formation qu’ils dispensent, les yeux brillent, la parole s’accélère, l’envie transpire.

J’aime l’AFPA, j’aime l’objet même de son existence, j’aime la possibilité qu’elle donne à se reconvertir, j’aime son slogan, engagée et solidaire, j’aime même le vert que l’on met partout depuis plus de 60 ans…

J’aime le fait qu’elle assure une égalité d’accès sur l’ensemble du territoire jusqu’à maintenant.

Emmanuel Macron a dit « je vais créer un service public de l’insertion » cela tombe bien il existe déjà.

Fanny Pidoux

Conseillère régionale