Pour s'abonner à la newsletter Cliquez-ici !

Pas d’augmentation du numerus clausus ?

13 Mai 2019

LE CENTRE-VAL DE LOIRE EXCLU DE TOUTE AUGMENTATION DU NUMERUS CLAUSUS !

Le Gouvernement a décidé récemment d’augmenter le nombre d’étudiants autorisés à poursuivre en 2ème ou 3ème année leurs études en médecine, odontologie, pharmacie et maïeutique à la rentrée universitaire 2019-2020. Avec un total de 14 928 places pour ces 4 filières, la hausse la plus importante est prévue en médecine avec 9 314 places (soit une hausse de 13,5%).

Si cette décision constitue une évolution positive au plan national, notre majorité à travers la voix de son président François BONNEAU interpelle le Premier Ministre, afin de lui demander de réexaminer la décision d’exclure le Centre-Val de Loire de toute augmentation du numerus clausus et de répondre à l’impérieuse nécessité d’accroître et de pourvoir à l’accueil d’internes sur les hôpitaux de la région.

Dans son courrier, il estime qu’ « il est impensable que la région qui subit à la fois l’un des plus faibles taux de places en étude de médecine et la plus violente réalité de la désertification médicale soit exclue de toute augmentation du numerus clausus ! »

La mobilisation et l’engagement exceptionnels du Conseil régional du Centre-Val de Loire « ne peuvent rencontrer l’indifférence de l’Etat manifestée par une stagnation du nombre de médecins formés quand celui-ci s’accroit de plus de 13% au niveau national. » s’indigne-t-il.

En effet, car la santé est un droit fondamental, la Région Centre-Val de Loire figure parmi les premières collectivités territoriales à s’être mobilisées pour faire face avec détermination aux défis de l’accès aux soins partout et pour tous, au-delà de ses compétences, pour réduire les inégalités sociales et territoriales.

Le Centre-Val de Loire a été la 1ère Région à contractualiser avec l’Etat sur la thématique Santé pour permettre des financements à travers le CPER. Le Conseil régional a voté dès 2012 un « Plan Urgence Santé », puis un plan « Ambition Santé 2020 », pour activer tous les leviers et apporter des réponses innovantes au défi de l’accès aux soins sur le territoire régional :

  • Co-financement de MSP : déjà 80 structures en activité, rassemblant 840 professionnels de santé – objectif porté à 125 MSP d’ici 2022 ;
  • Soutien régional de 13 millions d’euros pour la création de MSP ;
  • Soutien à l’installation de professionnels de santé dans les zones médicalement carencées ;
  • Répondre à l’urgence de l’accès aux soins en augmentant le nombre de professionnels diplômés dans nos formations sanitaires et sociales ;
  • Accès à la couverture complémentaire facilitée pour les étudiants ;
  • Soutien à l’innovation et à la télémédecine ;
  • Soutien au démarrage de Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (8 à ce jour).

 

En 2018, les conseillers régionaux ont adopté à l’unanimité, « 35 mesures pour garantir l’accès aux soins de tous en Centre-Val de Loire ».