Pour s'abonner à la newsletter Cliquez-ici !

Semaine pour l’emploi des personnes handicapées : Interview et tribune de Fanny Pidoux

26 Nov 2018

Dans le cadre de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), du 19 novembre au 25 novembre, la Région Centre-Val de Loire s’est fortement mobilisée pour valoriser l’emploi en milieu ordinaire des personnes en situation de handicap. Tables rondes, interventions, interviews, visites sur l’ensemble du territoire régional… ces moments d’échange sont surtout l’occasion de faire le bilan sur la situation dans notre région, mais aussi de bâtir de nouveaux plans d’actions.

Plusieurs de nos élu-e-s ont eu à plancher sur le sport et le handicap, l’école et le handicap, l’emploi et le handicap, la formation et le handicap. Au final, il y a toujours une même volonté : une inclusion totale.

 

 

Dans le cadre de cet évènement, retrouvez l’interview de Fanny Pidoux, Conseillère régionale déléguée à l’Égalité femmes-hommes, au Handicap et à la Lutte contre les discriminations, dans l’émission Dimanche en politique du 25 novembre sur France 3, ainsi qu’une tribune sur notre vision et les politiques régionales en faveur des personnes en situation de handicap.

Pourquoi parler sport lorsque nous parlons emploi ?

Parce que les solidarités doivent irriguer chacune de nos politiques, solidarités envers les jeunes, les aînés et l’ensemble de nos concitoyens, pour que vivre ensemble soit une chance pour, la Région Centre-Val de Loire poursuit son soutien en direction du sport sur l’ensemble du territoire.

Nous avons l’objectif de favoriser la pratique handisport et plus généralement de contribuer très concrètement à la meilleure intégration du handicap dans notre société, tant dans la vie professionnelle que personnelle.

Le sport joue un rôle social déterminant puisque c’est un outil essentiel de cohésion sociale, porteur des valeurs de citoyenneté, de respect de l’autre et des règles, mais aussi de l’apprentissage de l’effort.

Parce que nous parlons de citoyenneté.

Pourquoi parler école lorsque nous parlons emploi ?

Nous avons la volonté de voir plus de lycéens poursuivre leur scolarité en milieu ordinaire. Pour cela, il faut d’une part adapter les locaux (un plan a été adopté avec 190 000 000 d’euros jusqu’en 2024), et d’autre part lutter contre les stéréotypes en accompagnant l’Éducation nationale dans toutes les initiatives permettant une insertion en milieu ordinaire.

Pour que la personne en situation de handicap puisse prétendre à un emploi en milieu ordinaire, il nous semble important que, dès l’école, les enfants soient maintenues en milieu ordinaire et non pas en milieu médico-social. Car si les enfants vivent à côté les uns des autres sans jamais se croiser, l’acceptation et la compréhension de la différence ne peuvent pas être décrétées à l’âge adulte.

Parce que nous parlons d’inclusion dès le plus jeune âge.

Pourquoi parler de la collectivité régionale lorsque nous parlons emploi ?

Le Conseil régional est également un employeur, c’est plus de 3000 agents et agentes sur le territoire qui font vivre le Service Public. La majorité de notre masse salariale se trouve dans les lycées et les CFA dont la Région a la gestion (construction, entretien, fonctionnement). Le taux de 6% d’emploi des travailleurs handicapés s’applique à la Région, mais grâce à une politique volontariste d’accompagnement et de reconversion en cas d’accident de la vie, c’est 10,7% (emplois directs) de nos emplois qui sont pourvus par des personnes en situation de handicap. Il y a bien entendu des adaptations de postes mais aussi une modification de nos procédés, notamment en matière de recrutement ou encore de suivi de carrière avec, par exemple, le recours à la langue des signes pour les entretiens professionnels.

Parce que nous déclinons pour nous-mêmes, nos propres convictions.

Pourquoi parler formation professionnelle lorsque nous parlons emploi ?

La formation professionnelle est le meilleur outil pour assurer un retour à l’emploi. Le handicap est rarement présent dès la naissance, seul 2% de la population nait avec un handicap alors même qu’il est entendu que 12% de la population nationale est porteuse d’un handicap.

Il se peut aussi que l’on rencontre des accidents de la vie. Il est aussi reconnu que les personnes en situation de handicap sont 2 fois moins formées. Cela a pour conséquence que les personnes en situation de handicap sont 2 fois plus au chômage.

C’est pourquoi la Région mène une politique active à destination des publics en situation de handicap :

  • en intégrant CAP’Emploi dans le Service public régional de l’orientation
  • en conventionnant nos formations avec l’AGEFIPH (Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion professionnelle des Personnes Handicapées). Cette année, nous avons augmenté de 30% nos objectifs pour mieux réussir l’insertion par l’emploi.
  • en développant l’apprentissage avec un « CFA Hors-Murs » ayant une capacité d’intervention sur l’ensemble du territoire régionale.

L’idée est pour nous de multiplier les passerelles pour atteindre plus facilement un emploi en milieu ordinaire.

Parce que la formation professionnelle est un investissement pour que chacun puisse s’épanouir professionnellement. Parce que l’utilité sociale est un moteur de l’être humain.

Pourquoi parlons-nous économie alors que nous ne sommes pas une entreprise ?

La Région est pilote sur les questions économiques. Elle s’est dotée d’un schéma économique s’imposant aux différents acteurs des territoires et qui intègre un volet égalité. Dans ce cadre, la Région a voté un plan égalité qui dépasse la collectivité. C’est un plan régional à destination de l’ensemble des acteurs publics et privés. Par le biais d’une charte, elle permet la mise en place d’un plan d’actions, de partage de bonnes pratiques mais aussi de créer un environnement favorable à l’inclusion des personnes en situation de handicap.

Parce que la discrimination est un délit, non une opinion. Parce qu’il n’y a pas de sociétés apaisées sans égalité des chances.

Fanny Pidoux

Conseillère régionale déléguée à l’Égalité femmes-hommes, au Handicap et à la Lutte contre les discriminations