Pour s'abonner à la newsletter Cliquez-ici !

Un discours du Premier Ministre attendu au congrès des Régions de France

4 Oct 2019

Le 15ème congrès des Régions de France s’est tenu à Bordeaux avec pour titre : ma Région agit pour moi. Ce rendez-vous annuel des conseillers régionaux de toute la France est l’occasion d’échanger, de confronter les expériences et de dialoguer avec le Gouvernement.

Vos élus du Groupe SRD étaient présents en nombre autour de François Bonneau : Philippe Fournié et Agnès Sinsoulier-Bigot qui intervenaient lors de tables rondes respectivement sur les lignes du quotidien et la culture en valorisant l’action de la Région, ainsi que Jean-Patrick Gille, Serge Méchin, Mohamed Moulay et Joël Crotté.

Le discours du Premier Ministre

Il était comme chaque année très attendu, trop certainement. En effet, comme l’a dit Alain Rousset (Président PS de la Nouvelle Aquitaine) : « Nous attendions un discours fondateur, nous avons eu un discours de la méthode, une réponse technocratique au lieu d’un souffle et d’une vision ».

Revenons néanmoins sur les principales annonces. Il a commencé son propos en indiquant qu’il était déterminé à mieux dialoguer avec les territoires, notamment les Régions et prêt à un travail en confiance avec les élus.

Proposé par Régions de France, ce dialogue devrait être renforcé et institutionnalisé à travers l’instauration d’un comité “État-régions” qui examinera tous les trimestres les politiques communes aux deux échelons. La première réunion, fin octobre, sera consacrée à la Politique Agricole Commune (PAC), si importante pour nos agriculteurs.

Le Premier ministre a par ailleurs proposé une expérimentation permettant à trois Régions de jouer un nouveau rôle pour un pilotage de l’accompagnement des demandeurs d’emploi dans le prolongement de l’engagement des régions en faveur de la formation. Cette expérimentation pourra ensuite être généralisée selon les résultats. C’est un élément intéressant répondant aux demandes de certains présidents de Région, dont François Bonneau.

Concernant les petites lignes, que nous préférons appeler les lignes du quotidien, un travail sera lancé avec les régions et SNCF Réseau pour élaborer des plans d’action concrets ligne par ligne qui s’adaptent à la réalité de chaque région. Si l’intention est louable, la question de l’engagement financier de l’Etat demeure centrale.

Enfin, les régions pourraient voir leurs responsabilités croître dans le cadre du projet de loi dit 3D : Décentralisation, Déconcentration, Différenciation qui devrait être présenté avant l’été 2020. Pour préparer cette réforme, les préfets seront chargés dès novembre d’une concertation avec les élus locaux afin de recenser, territoire par territoire, les besoins d’organisation des compétences.

En conclusion, le président du Sénat, Gérard Larcher, a indiqué qu’une nouvelle génération de décentralisation s’imposait. L’Etat central doit faire confiance à l’Etat local. Il a proposé d’écrire ensemble (Régions, Départements, Communes), avec le président de la commission des lois du Sénat, leur vision de la décentralisation pour être prêts à la confronter avec la proposition du Gouvernement.

Retrouvez ci-dessous, et en vidéo, le bilan de ce Congrès des Régions par le Président François Bonneau :