Pour s'abonner à la newsletter Cliquez-ici !

Vœu : Sortir des pesticides dans le cadre d’un grand plan de transition agro-écologique

22 Oct 2019

Les études s’accumulent pour prouver la nocivité des pesticides de synthèse pour l’environnement mais aussi pour l’Homme. C’est pourquoi un certain nombre de communes ont d’ores et déjà publiées des arrêtés pour interdire ou encadrer l’usage de ces produits phytosanitaires. C’est notamment le cas dans les communes d’Ingré (45), du Blanc (36) ou d’Argenton-sur-Creuse (36).

Le rythme de ces arrêtés s’est accéléré depuis le 27 août, date à laquelle le tribunal administratif de Rennes a suspendu l’arrêté du maire de Langouët au motif que « l’utilisation des produits phytopharmaceutiques relève d’un pouvoir de police spéciale confié au ministre chargé de l’Agriculture ». La démarche contentieuse engagée par la préfète d’Ille-et-Vilaine n’a dès lors que pour conséquence d’empêcher un débat nécessaire et légitime autour de l’utilisation irraisonnée des pesticides de synthèse.

C’est dans ce contexte que le gouvernement a mis récemment à la consultation du public, sur une période particulièrement courte, des projets de décret et d’arrêté censés encadrer les « chartes d’engagements ». Cependant, ces propositions ne sont pas à la hauteur des enjeux actuels.

Dans un sondage IFOP commandé par « Agir pour l’Environnement », 96 % des personnes interrogées soutiennent l’idée d’une interdiction des pesticides à moins de 150 mètres des habitations et 89 % souhaitent une interdiction totale des pesticides de synthèse d’ici 5 ans. Il faut absolument entendre cette demande de des citoyens.

C’est pourquoi les élu.e.s de la majorité au Conseil régional du Centre-Val de Loire ont interpelé le Gouvernement par l’adoption d’un vœu lors de sa session plénière du 17 octobre 2019. Il est indispensable d’interdire immédiatement les molécules les plus dangereuses (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques, perturbatrices endocriniennes), puis de demander l’interdiction définitive et totale des pesticides de synthèse en France et au niveau européen.

Notre Région d’investie, au quotidien, pour que les générations futures vivent sur un territoire qui protège ses habitants et la biodiversité du risque de toxicité des pesticides.

Nous demandons que le gouvernement soutienne véritablement ses agriculteurs à travers un grand plan de transition agroécologique. Dans ce Plan, il sera objet d’une mise en place de mesures économiques (aides à la transition, aides à l’agriculture biologique, structuration de filières locales, etc.) et commerciales (moratoire sur les accords de libre-échange, arrêt des importations de produits traités à des pesticides interdits en France, prix minimum d’entrée sur le marché national, etc.), afin de permettre aux agriculteurs de changer leurs pratiques et de vivre de leur métier.

Vous trouverez, ci-dessous, le vœu adopté :